May
16

Un Juppéiste à Matignon

En nommant Edouard Philippe, Premier Ministre de son gouvernement, Emmanuel Macron ne laisse aucun doute quant à la ligne politique qu’il conduira. Nous le dénoncions dans la campagne électorale, au moment où certaines brebis égarée du PS, convertis en VRP zélés, tentaient de faire douter le peuple de gauche, le « ni droite, ni gauche » sonnait bien déjà comme « ni gauche, ni gauche ».

Rocardien, puis collaborateur de Juppé, le parcours d’Edouard Philippe est sans équivoque à droite : parlementaire peu besogneux, il s’est opposé aux lois sur l’égalité hommes-femmes, au tiers payant, à la transparence de la vie politique… En 2014, il se fait rappeler à l’ordre par la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique. Enarque ayant bossé pour Areva, il fait partie de ceux qui, comme Macron, se mobilisent pour réhabiliter l’économie de marché et un capitalisme toujours plus remis en question. Nul doute qu’il jouera un rôle important dans la bataille idéologique entre les tenants du réformisme ultralibéral porté par les Juppé, Bayrou et Hollandiens… et les militants pour une société de partage, plaçant l’Humain d’abord.

Si le coup de poker menteur de Macron vise à déstabiliser les Républicains avant les législatives et tenter d’en faire effacer dans certaines circonscriptions, notre peuple n’est pas dupe. Il sait la fragilité de ce pouvoir n’ayant pas requis l’assentiment des urnes. Il sait que que cette manœuvre de réunification libérale d’un nouveau genre ne repose que sur l’objectif de brouiller les repères pour la quête d’une majorité absolue à l’Assemblée.

Nous savons à quoi nous en tenir. Le progrès ne peut venir de ces petits arrangements entre amis, agenouillés au pied du monarque, sous les regards bienveillants du patronat, pressé de voir le code du travail haché-menu cet été par ordonnances. Le progrès ne peut venir que de la mobilisation dès le 11 juin dans les urnes, autour de nos candidates et candidats. Si les appels à l’unité du PCF sont restés sans succès dans la plupart des départements et circonscriptions, nous regarderons avec attention le résultat de la dynamique, ici ou là, quand insoumis, communistes, Ensemble, écologistes, hamonistes se sont unis.

En Gironde, les appels à l’unité de Sébastien Laborde, pour les communistes girondins, s’ils n’ont pas été entendus par les dirigeants locaux du Parti de gauche, ont ébranlé des militants de groupes d’appui dans les secteurs, ont montré la sincérité du combat des communistes pour prolonger la dynamique Mélenchon de la présidentielle. Le peuple de gauche, au moment crucial d’un aiguisement de la lutte des classes, a besoin d’une influence reconnue du PCF, parti dont l’histoire est liée à celle des combats émancipateurs pour le progrès social, les libertés, la paix dans le monde. Ses candidates et candidats seront autour de Pierre Laurent, en meeting, dimanche à Courréjean.

Apr
24

Mélenchon en tête dans 1/3 des bureaux de vote bordelais !

Le résultat de J.Luc Mélenchon est le seul événement de ce 1er tour d’élection présidentielle.
Prenons bien la mesure du chemin parcouru et de la puissance de la mobilisation populaire ces deux derniers mois autour de son projet et de son nom.
Oui, il a élevé le débat. Oui, il a bousculé l’ordre établi du consensus libéral épargnant la dictature des marchés. Oui, il a fait vibrer des foules autour de valeurs que l’on craignait dépassées. Oui, il a porté le fer à un niveau tel de la lutte des classes, que le curseur du champ des possibles avançait chaque jour.
« Seul contre tous » fut la fierté d’un combat inégal, tant les déchaînements anti Mélenchon, de droite comme du PS, frisaient la caricature, mais le « Seul contre tous » fut aussi sa limite, et au final, le ferment d’une non qualification pour le 2nd tour. L’espace n’existait-il pas pour parler mieux et s’unir, entre « les gens » et forces de gauche et écologistes ?
On aura évidemment des tas de regrets après analyses et recul du temps.
Mais aujourd’hui , je tire mon chapeau à l’homme qui a montré que notre peuple n’était pas à genou !
Communiste, je suis fier d’avoir apporté ma contribution dans cette mobilisation.
Bordelais, je suis heureux que mon candidat arrive en deuxième position avec 23,4%. Et même en tête dans 1/3 des bureaux de vote de la ville, en tête dans le canton 5 avec 32,33%. Avec des scores énormes, de +10 à +20% sur 2012, notamment dans les quartiers populaires – 45% aux Menuts, 42 à Meunier, 34 à Buisson, 33 à Bert et Francin, 33 à Bacalan, 32 aux Aubiers, 30 à Schweitzer… Et petit clin d’œil à Hôtel de Ville où Mélenchon est 2ème, à 24%, doublant son score sur 2012… et de 13 voix devant le candidat soutenu par Juppé !
Après avoir éliminé Le Pen le 7 mai, il s’agira de rassembler les électrices et électeurs de gauche pour préparer le 3ème tour: l’élection des députés à l’Assemblée Nationale. Renforcer l’espoir à gauche, gagner des représentants qui batailleront pour des lois de justice sociale, œuvreront pour la Paix et une Europe de progrès, relaieront les luttes sociales anti austérité et « ubérisation » de la société.
Les communistes seront là.
J’en serai.

Featuring WPMU Bloglist Widget by YD WordPress Developer